Les 13 desserts: traditions et cultures

Tout comme chaque région de France a ses propres traditions, la Provence en a une bien à elle pour célébrer noël. Ce sont les treize desserts. Cette tradition semble datait du 17ème siècle mais elle s’est installée dans la vie des provençaux que deux siècles plus tard. Ce joyeux festin est lié à la Cène, au dernier repas du Christ et de ses 12 apôtres.


Qu’est-ce que les 13 desserts?

Bien que les treize desserts se choisissent selon les goûts des personnes, il y en a quatre qui restent toujours les mêmes, les “quatre mendiants” car ils font référence aux quatre ordres religieux. L’ordre des augustins représenté par les noix ou les noisettes, Carmel par les amandes, les figues séchées représentent l’ordre des Franciscains et pour finir les raisins secs qui font échos à l’ordre des Dominicains. Quant au pénitent, c’est le nougat noir ou le nougat blanc qui les représentent. Mais les Rois mages ne sont en reste pas car ils sont symbolisés par les dattes et autres fruits d’Orients. Ce sont les seuls 6 desserts imposés, rien n’oblige le choix des 7 autres desserts, bien que certains essayent de les imposer. Cela peut être des calissons d’Aix-en-Provence, des navettes à Marseille ou encore des fruits confits comme à Saint-Rémy-de-Provence. Mais ces treize desserts sont plus qu’un simple chiffre ou de simple mets que l’on déguste en famille, c’est un vrai symbole de l’identité provençale.

Quelles sont les traditions des 13 desserts?


Oui, il y a bien des traditions dans la tradition, comme par exemple la fougasse qui doit être présentée rompue, tout comme Jésus, alors prenez garde à ne pas la couper avec un couteau. Les 4 mendiants doivent entourer la pompe à huile (la fougasse donc) avec leur couleur sombres qui font échos aux robes des ordres des mendiants.

Ces desserts sont souvent présentés dans un grand panier en osier ou d'un plat rond ou de forme circulaire. Cela permet d’obtenir une belle harmonie de couleur et de rendre tout ces mets encore plus délicieux pour les yeux que pour le palais.

Une recette pour vous donner l’eau à la bouche

Prenons la recette de la fougasse ou de la pompe à huile qui est un gâteau au saveur de fleur d’oranger. Ne posez pas de question concernant son nom, c’est encore un mystère non résolu. Mais voici, pour votre curiosité sa recette.

Pour 3 fougassettes : 450g de farine blanche, 1 cs 1/2 de véritable eau de fleur d’oranger, 3cs d’huile d’olive, 75g de cassonade, 1 bel oeuf, 1/2 cube de levure biologique*. 15 cl d’eau. Mélanger dans l’ordre 15cl d’eau chaude mais pas bouillante avec l’huile, le sucre, l’eau de fleur d’oranger puis ajouter l'œuf. Émietter la levure dans ce mélange tiède fouetter pour homogénéiser l’ensemble. Verser la farine dans la cuve du robot muni du crochet ou de la feuille. Ajouter petit à petit la préparation liquide et pétrir quelques instants. Filmer au contact, recouvrir éventuellement d’un torchon et laisser doubler de volume pendant environ 1 heure 30. Préchauffer le four à 180°. Dégazer et diviser la pâte en 3 pâtons. Les aplatir sur le plan de travail fariné en disques allongés d’environ 3 cm* d’épaisseur. Faire 3 entailles en épi dans chaque mini fougasse et bien les élargir pour éviter qu’elles ne se referment à la cuisson. Enfourner 15 min sur les plaques du four recouvertes de papier cuisson. Déguster tiède.